L’Afrique cherche des solutions à Niamey

Les autorités nigériennes ont mis en place à Niamey un dispositif de plusieurs milliers d’hommes pour assurer la sécurité du sommet de l’Union africaine (UA) qui commence jeudi et se termine dimanche.

Le sommet doit réunir une cinquantaine de chefs d’État qui doivent arriver à partir de vendredi.

La réunion des ministres a débuté jeudi. Ils doivent finaliser l’ordre du jour et les résolutions qui seront soumis aux dirigeants africains.

Le Togo est en première ligne. Il préside ce mois-ci le Conseil de paix et de sécurité (CPS), équivalent du Conseil de sécurité des Nations Unies.

Deux dossiers brûlants sont examinés, la situation au Soudan et celle en Libye.

Le chef de la diplomatie togolaise participe aux travaux.

En Libye, les combats font rage entre les troupes du gouvernement reconnu par l’ONU et celles du général Haftar. Au Soudan, rien ne va plus depuis la chute d’Omar El Béchir. L’opposition pensait avoir tourné la page, mais les militaires semblent vouloir s’accrocher au pouvoir.

Les généraux et les chefs de la contestation se sont retrouvés dans la journée pour un deuxième jour de négociations, afin de discuter de la formation d’une instance de transition et tenter de sortir de l’impasse politique. Une médiation menée par l’UA et l’Ethiopie. 

Nous suivre sur :

Leave a Comment